Go Bottom
  • Bonjour Invité

Auteur Sujet: 12 ans plus tard  (Lu 2277 fois)

17 avril 2015 à 02:34:39

punchi

  • Invité
Bonjour tout le monde,

Je viens de découvrir ce forum. Celui-ci est vraiment une bonne idée car, après 10 ans de silence, j'ose raconter. C'est vrai... comment placer tout ce malheur dans une conversation? Comment oser répondre à  la question qui revient tout le temps quand une personne apprend qu'on est orphelin :"comment est elle décédée? " comment dire que ma mère, la personne qui est censée m'aimer le plus, a préféré se pendre que de garder son rôle?

Ca fait aujourd'hui 12 ans que je garde ce terrible secret, mon compagnon avec qui je suis depuis plus de 4 ans ne le sait toujours pas, malgré ses questions... Je suis passée pro dans l'esquive ! aujourd'hui je ne parviens pas à avancer dans mon couple. Je ne veux pas me marier et avoir des enfants. Je ne veux pas m installer dans une routine qui pourrait avoir raison de mon "bonheur". Je voyage et je n'ose pas me fixer. J'ai  de nombreuses peurs quant à l'avenir. J'ai peur de tomber dans une dépression, d être  malheureuse et de ne plus pouvoir changer de direction sans blesser qui que ce soit.. maintenant que je suis diplômée, il est temps que je me fixe et que je travaille mais ca me semble insupportable. Pourquoi?

Ma mère  est un jour partie de la maison, elle a quitté mon père devant nous. Puis l'enfer a commencé. Nous vivions chez elle la semaine et chez mon père  le week-end. Durant la semaine, nous devions subir la folie grandissante de notre mère. La musique hurlait toute la nuit, les volets restaient fermés, les plantes mourraient,nos hamsters se battaient jusqu'à la mort, et les verres volaient sans raisons... Je devais cacher les sacs plastiques pour qu'elle ne se les mette pas sur la tête. Elle ne nous emmenait plus a lecole. Elle hurlait seule dans la rue et dessinait des tombes. J'étais jeune mais je comprenais déjà que ma mère voulait en finir, que la lumière n'était plus...

un mardi, ma soeur, mon frère et moi en avons eu assez. NOus avons appelé notre père pour qu'il vienne nous chercher. J'ai dit au revoir à ma mère, je savais que je ne la reverrai plus. J'ai franchi la porte. Les volets sont restés fermer. Une chose étrange est qu'elle a acheté des serviettes de table avant de se suicider. C'est bête mais je me demande pourquoi.. elle a aussi laissé un mot a mon frère lui disant que son hamster était enterré dans le jardin sous la pierre. jj'aurai préféré une lettre de suicide répondant à plus de questions...

nous ne parlons jamais  de cela. Nous ne sommes allés qu'une seule fois sur sa tombe. Nous avons déménagé loin et coupé les ponts avec tout ce qui touchait ma mère. Je n'ai aucun souvenir positif. Quand je regarde les photos cachées au fond d'une boîte, je ne reconnais rien. Tout à été effacé. Personne n'en parle dans la famille, son suicide est ddevenu un tabou. Et j'ai honte.

Aussi, je fuis les rares personnes qui sont au courant, pour quelles raisons?
Je n'ai pas beaucoup d'amis, je ne fréquente plus les gens à partir du premier faux pas. Est ce en rapport avec cela?

mon temoignage touche à sa fin. Il n'est pas très positif mais dans la vie quotidienne, je suis heureuse et je le parais. Je vis ma vie et j'aime la vie! Pour moi le bonheur et l'espoir se trouvent partout. Mais jusque quand?



IP archivée
01 août 2015 à 19:02:49
Réponse #1

Arcad 2

  • Modérateur Global
  • Néophyte
  • *****
  • Messages: 9
    • Voir le profil
Bonjour,
Nous vous remercions pour votre témoignage dans lequel vous évoquez le douloureux sentiment de honte que vous ressentez depuis la mort de votre mère, sa souffrance, sa maladie psychique et votre impuissance à l'aider.
C'est un poids émotionnel lourd à porter pour des enfants. Le silence et le secret qui entourent le suicide de votre mère semblent, aujourd'hui, vous envahir alors que, probablement il a été nécessaire pour poursuivre votre enfance, votre adolescence et votre devenir adulte.
Mais, ce sentiment persiste et envahit votre vie psychique, personnelle et familiale.
Pour redonner une juste place à la mort de votre mère et les circonstances du suicide, pour accepter de continuer à vivre, rencontrer un thérapeute pourrait vous aider, vous soutenir pour penser et déposer dans un espace thérapeutique votre souffrance et votre questionnement.

Le suicide est un acte qui révèle une grande souffrance qui envahit la personne. Ce n'est pas un acte contre quelqu'un, c'est un acte qui vient dire que la personne ne trouve plus de solution à ce qui la fait souffrir.

Notre site existe pour partager avec vous, lire ce qui ne peut se dire, ce qui ne peut se représenter et donner ou redonner la place à la parole et aux émotions enfouies au coeur de l'enfant, l'adolescent, l'adulte qui a perdu un être indispensable à son devenir, son parent.

Bien cordialement,

IP archivée

 

20 mai 2019 à 01:26:27 Top
Layout Options | Color: